MEET THE PROS | Xavier Dolléans, directeur de la photographie

17 oct 2019
MEET THE PROS | Xavier Dolléans, directeur de la photographie

MEET THE PROS

Xavier Dolléans, directeur de la photographie

 

Nous avons accueilli Xavier Dolléans, directeur de la photographie de plusieurs séries françaises aux diverses contraintes techniques, il nous a partagé ses expériences au cours d'une Masterclass exclusive en live sur notre Facebook.  

À la base passionné par les effets spéciaux de plateaux, il a finalement découvert les métiers de l'image grâce à des stages qu'il a effectué. En commençant en tant que stagiaire mise en scène et il a alors découvert le métier de chef opérateur et décidé de reprendre des études pour développer ses compétences dans ce domaine.  

"Il y a vraiment une carrière par personne, un chemin par personne [...] ce qu'il faut c'est avoir des images à montrer, les faire le plus vite possible. Monter une bande démo et puis l'expérience."


Il a souligné l'importance d'avoir un Portfolio, des choses à montrer pour pouvoir se faire remarquer mais aussi de ne pas hésiter à faire plusieurs formations professionnelles pour acquérir maximum de compétences techniques en vidéo. Il a notamment suivi des formations films en prise de vue très haute vitesse, formation 3D relief et bien d'autres ainsi que des lectures et des tutoriels qui inspirent beaucoup.  

"L'école est très importante. Pour moi l'école c'est apprendre les bases de techniques et le réseau c'est le plus important pour travailler et rebondir de films en films."

"Le chef op' arrive sur le projet de deux manières : soit par le producteur, soit par le réalisateur"
 

Il a donc expliqué que pour être recruté, cela se fait principalement par le réseau. Soit on connait le réalisateur ou le producteur, soit celui-ci a entendu parlé de nous par d'autres réalisateurs. Le bouche à oreille compte beaucoup, d'où l'importance de développer les projets. 

En ce qui concerne son parcours, Xavier a travaillé sur la série "Cut", une série filmée à la Réunion avec des épisodes de 26 minutes sur France Ô, avec un tournage de 18 minutes par jour utiles en Caméra Sony FS7 avec des optiques photo et sans assistant caméra. Cette expérience a été l'une des plus formatrices et représentait un gros challenge.
C'est grâce à celle-ci, pour laquelle il a travaillé sur deux saisons, qu'il a été reperé par le producteur de la série Skam france TV pour être Chef opérateur (ou directeur de la photographie). Une série qui connait un grand succès en Norvège et surtout à l’international puisqu'elle a été reprise dans de nombreux pays. 

Il a été repéré notamment pour sa capacité à savoir tourner très vite, ce qui représentait l'une des principales contraintes exprimées par le producteur de cette série : il fallait tourner en 14 minutes / jour utile avec une seule équipe, avec des tournages en extérieur et non en studio. Pour nous donner un ordre d'idée il nous a expliqué qu'un long-métrage de manière générale représente 5 minutes / jour de tournage utile ! Il a tourné en Alexa Mini et en Zeiss qui ont une grande ouverture car il savait qu’il aurait des petits projecteurs.

"Le budget c'est le rythme, moins vous avez d'argent et plus il faut tourner vite !"
 

Pour les dernières saisons, tournées de nuit, il lui fallait une caméra plus sensible, c'est pour cela qu'il a choisi la Sony Venice avec son 2500 ISO en natif, dont il a changé les optiques Cooke S2 et Cooke Panchro pour plus de douceur sur le visage des ados.
Il a également parlé de l’importance de doser la profondeur de champ, qui est lui aussi un outil de narration, et permet de plus ou moins isoler le personnage. 

"Il y a des techniques pour tout mais pas pour les visages, chaque visage est différent"

Pour Xavier les éléments les plus complexes à éclairer sont les visages : trouver la bonne manière de rendre un visage beau est la première étape. Comme astuce il nous a d'ailleurs conseillé de prendre un comédien, l’éclairer avec un téléphone, faire le tour du visage et voir comment il se marque, quand on voit les cernes etc, pour pouvoir garder une continuité d’esthétique sur le visage. Il ne faut pas forcément rendre la personne belle mais qu’elle soit dans les attentions de l’histoire.

Xavier vient également de travailler sur une autre série : Mental sortie en octobre à la TV et prépare en ce moment les saisons 5 et 6 de Skam mais aussi Stalk, un format 26 minutes qui sortira prochainement aussi.
Enfin, en septembre il a tourné un documentaire sur l’histoire de l’opéra Garnier, il nous a parlé des choix des couleurs, le nuancier qu’il a choisi. Il s’est inspiré de la peinture, des photos faites de l’opéra Garnier pour construire son moodboard. 

En ce qui concerne les qualités en tant que chef opérateur, il a souligné qu'il fallait avoir une certaine sensibilité au script (interprétation de l’image, au type de film qu’il a l’habitude de faire), au scénario, à l’univers du réalisateur, à l’environnement dans lequel il a été produit, le budget et l’équipe. Le background artistique est bien sûr aussi très important et il faut l’enrichir. Enfin il faut être un bon manager car il y a une équipe à gérer entre les électriciens, la régie, la post-production, les machinistes, les  comédiens etc.

Pour ce qui est de la façon de travailler avec le réalisateur, Xavier nous a expliqué les étapes, qui passent par la lecture du script où chacun à ses propres images en tête et devra partager sa vision. 

"Le pire est de ne pas voir d’univers spécifiques."

C'est pour cela que Xavier aime faire des moodboards, comme pour les publicités. Il apprécie que le réalisateur en ait un pour lui montrer ce qu’il attend, son inspiration, ses idées,, pour montrer les couleurs, les ambiances, le timbre. Ce moodboard servira d'ailleurs à tous les corps de métier lors du tournage. Pour le construire il faut se référer à des films datant de la même époque, pour s'inspirer et trouver des idées.  


  FORMATIONS FILM