Masterclass Game Designer, avec Luc Le Dauphin

04 déc 2019
Masterclass Game Designer, avec Luc Le Dauphin SAE Paris

Masterclass Jeux Vidéo

La simplicité dans le Game Design

 avec Luc le Dauphin

 

Luc le Dauphin nous a partagé son expérience dans les jeux vidéo et les lois fondamentales d’un jeu, autrement dit les lois de la simplicité. 


Pour en revenir sur son parcours, Luc est Game Designer depuis 2012, et a travaillé sur de nombreux styles de jeux au fil de sa carrière. Après plusieurs expériences chez Cyanide, Egg Ball et Leikir Studio, il a commencé la création d'un nouveau studio de développement de jeux vidéo, nommé Toco.

Luc a d'abord détaillé la Méthode AMI (Atténuer, Masquer, Insuffler)

Il a notamment explique qu'avec cette méthode il a expliqué on pouvait donner l'impression que le temps d'attente de chargement était réduit :

- Pour atténuer : optimiser l’action, diminuer les choix possibles, créer des raccourcis.

- Pour masquer : on peut cacher l’attente (solution de streaming entre maps)

- Pour insuffler : donner l’impression que ça avance

Puis il a détaillé les leviers indispensables pour fidéliser le joueur et garantir le succès du jeu créé 

  • L’apprentissage : l’importance d’avoir un enjeu dans l’apprentissage pour donner envie, motiver le joueur : avec des récompenses, le faire répéter, encourager le joueur, varier
     
  • Les différences : les contrastes de formes, couleurs mais aussi de complexité et de rythme.
     
  • Le contexte : Où joue le joueur (chez lui, dans les transports, dans la rue…) et sur quel support
     
  • Emotion : créer un lien avec les choses, et les objets avec une intrigue, un décor de caractère, avec la musique

"Il est important d’organiser tous les outils en fonction de leurs rôles, leurs relations les uns par rapport aux autre, les progressions de capacité de nos personnage."

Enfin il est revenu sur le métier du game designer, qui gère non seulement les mécaniques mais aussi les expériences de jeux !

Il est également important de développer un climat de confiance avec les joueurs, en corrigeant les, en apportant de la consistance au jeu, en permettant de revenir en arrière, ou en sauvegardant facilement les parties.

De même il est important que le joueur apprenne quelque chose en jouant et cela se fait par la répétition des actions, lorsqu'il échoue et recommence pour mieux faire. 

"La complexité du jeu n’est pas une mauvaise chose"


Luc a aussi abordé le rôle de l'UX Design, autrement dit de l'expérience utilisateur. Au même titre que pour un site internet, il est important de tester et de valider les éléments du jeu par les joueurs, même par des enfants. Il est même recommandé de faire tester à des personnes que l’on ne connait pas, elles seront plus objectives. Il faut aussi avoir une bonne organisation dans l’interface. Notamment en « Z » comme en web par rapport au comportement, aux yeux de l’utilisateur.

« Toujours remettre en cause notre travail au lieu de mettre cela sur le compte d’un mauvais joueur »

«  Quelque chose peut être interessant pour le game designer mais pas du tout pour le joueur »

Enfin, de plus en plus les jeux permettent de créer du contenu au joueur. Ils ont de plus en plus de flexibilité : ils peuvent eux-mêmes choisir l’expérience, quels types de manettes; niveau de difficultés, choix des personnages etc. 

Les signes et feedbacks ont également une grande importante dans un jeu vidéo (voir les retours sur l’action = vitesse de réaction dns l’action quand il appuie sur un bouton par exemple). De même que la consistance : le joueur doit "ressentir" les reliefs, les objets, meubles, la hauteur de saut… 

En ce qui concerne le "game design document", il recommande notamment de faire des visuels simples, des schémas concis, qu'ils servent de support de mémoire plutôt que d'élément de communication. Ces documents évolueront au fil du projet.

Enfin, comme tout produit ou service, afin de se vendre il devra avoir le soutient du marketing, avec une bonne narration dans le jeu, pour mieux le vendre.

 


  FORMATIONS JEUX VIDÉO