Making Of et interview de Rami Ghorra

12 sep 2018
Making of pub SAE Paris par Rami Ghorra

[MEET THE STUDENTS]

Interview de Rami Ghorra, étudiant en film
et réalisateur du making of de la pub

 

L'hiver dernier, l'équipe film et les étudiants de la SAE Institute Paris ont bossé jour et nuit pendant plusieurs semaines pour réaliser une vidéo présentant les nouveaux locaux et formations. Retrouvez le résultat final ici.

Rami Ghorra, étudiant terminant son Bachelor Film a suivi de près ce tournage afin de réaliser le making of. Il a su capter chaque moment de stresse et de joie et surtout montrer étape par étape le montage des rushs afin d'arriver au resultat escompté, dans le cadre de son projet de fin d'étude. 

 


Nous avons décidé de réaliser son Interview écrite.

  • Il nous a confié avoir hésité entre la formation film et audio lors de sa précédente interview avec les autres étudiants en film, nous lui avons donc demandé comment il avait fait son choix : 

"J’ai toujours été beaucoup plus attiré par la réalisation que par le son. Mais quand j’étais encore au lycée, je pensais que le cinéma était un domaine inaccessible. Devenir réalisateur me paraissait hors de portée. Le son était donc pour moi un moyen de me rapprocher du cinéma tout en me procurant un emploi stable. Or, au fil de ma formation scolaire, j’ai eu la chance de réaliser plusieurs courts-métrages qui m’ont permis de me rendre compte que ce que je voulais vraiment, c’était raconter des histoires. Lorsque je suis allé en France pour visiter la SAE, j’ai donc parlé de tout cela avec le responsable de la section film, et un superviseur de la section son. Ils étaient d’accord avec moi : le son est en effet un domaine plus accessible. Mais ils m’ont aussi dit que si j’étais sûr que je souhaitais faire de la réalisation pour le reste de ma vie, il ne fallait pas que je perde de temps. Parce que c’est un métier qui demande beaucoup de pratique, de ténacité et d’expérience. A partir de là, la question ne s’est plus posée."
 

  • Regrettes-tu ton choix d’avoir fait la formation Film plutôt que la formation Audio ?

"La formation film a permis de rendre le monde de l’audiovisuel beaucoup plus concret. Plus j’avançais dans la formation, plus les différents corps de métiers paraissaient accessibles et démystifiés. C’est une formation fondée sur la pratique et le travail de groupe. En plus de m’avoir appris à travailler en équipe, elle m’a permis de rencontrer beaucoup de gens très qualifiés venant de différentes sections. C’est donc une section qui pousse à aller vers les autres. Elle m’a aussi donné la chance de réaliser deux courts-métrages de fiction. Ces deux expériences m’ont permis de me rapprocher de la réalité du métier de réalisateur. Je suis très satisfait de cette formation et je ne regrette pas du tout mon choix."
 

  • Tu viens de réaliser un court-métrage récemment, quelle expérience en tires-tu ?

"Il est impossible de parler de toutes les expériences que m’a apportées la réalisation de mon dernier court-métrage. C’est le projet le plus demandeur, le plus long et le plus ambitieux que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui. Il m’a appris énormément de choses sur mon processus créatif, le travail d’équipe, l’organisation, la communication… Malgré toutes les difficultés rencontrées, tout le stresse accumulé, il y a peu de choses qui peuvent produire le sentiment d’accomplissement que l’on ressent au terme d’un tournage.

J’imagine que ce sera pareil une fois que la post-production sera terminée. Au terme de cette expérience, ce dont j’ai pu être sûr, c’est que je ne lâcherai rien. Je suis prêt à faire de ce métier mon projet de vie."
 

  • Quelles sont tes inspirations ?

"Chaque aspect de mon film tire son inspiration de différentes oeuvres. Au niveau de la narration, je me suis inspiré de plusieurs films de vengeances : The Revenant, Oldboy, Mademoiselle, Sympathy For Lady Vengeance, Wild Tales…

Ainsi que de deux romans : La Levée des couleurs et Sans Sang. Ces oeuvres m’ont permis d’étudier les différentes manières dont les personnages réagissent face au désir de vengeance. Au niveau de l’image, je me suis inspiré du style visuel de Children of men, Lady From Shangaï, Dallas Buyers Club, Hunger.

Pour la musique et les sons, je compte m’inspirer de bandes sonores qu’on peut entendre dans plusieurs films / séries : There Will Be Blood, la série Fargo, Shutter Island, The Revenant…

Sinon, de manière général, je m’inspire du travail de différents réalisateurs : Stanley Kubrick, Alejandro González Iñárritu, Alfonso Cuarón, Miloš Forman, Orson Welles, Steve McQueen, Park, Chan-Wook, Bong Joon-Ho…"
 

  • As-tu d’autres projets pour l’avenir ? dans l’audiovisuel ou autre…

"J’ai plusieurs idées de courts-métrages et de longs métrages pour l’avenir, mais je ne compte pas les réaliser tout de suite."
 

  • Quel poste t’intéresse le plus dans le cinéma ?

"Le poste que je préfère dans le cinéma est le poste de réalisateur. J’aime aussi le montage et tous les postes qui concernent la caméra."
 

  • Entre ta première réalisation et la dernière, as-tu senti une différence ?

"Ma première réalisation m’a permis de découvrir toutes les difficultés que l’on peut rencontrer dans la réalisation d’un film. J’ai donc tiré énormément de leçons de cette expériences. Elles m’ont permis de ne pas commettre les mêmes erreurs dans ce dernier projet.

Cette différence se ressent dans le résultat."
 

  • Tu as réalisé il y a peu le making of d’une pub, as-tu préféré réaliser le making of ou préfères-tu réaliser des films ?

"La réalisation du making of était très intéressante et très enrichissante. C’est quelque chose que je n’avais encore jamais fait. Ça m’a beaucoup plu. C’est un domaine que j’aimerais explorer plus tard en parallèle à la réalisation."
 

  • Quelle a été la principale difficulté de ce tournage ?

"Le tournage du making of n’a pas été très difficile. C’est surtout la post-production qui était demandeuse. Au bout de chaque journée de tournage, je repartais avec environ 100 minutes de rush. Au bout du tournage, j’avais donc énormément d’éléments à exploiter. Le triage et la sélection des plans exploitables m’a pris beaucoup de temps."
 

  • Que fais-tu maintenant ?

"Je suis actuellement en pleine post-production de mon dernier court-métrage. Le montage est bientôt terminé, il faudra ensuite entamer la production de la bande sonore, des effets spéciaux et de l’étalonnage. Jusqu’à maintenant, le résultat est très satisfaisant et ne peut que s’améliorer. J’ai hâte de voir le produit final."

 

Un grand BRAVO à Rami Ghorra pour ce beau projet !


  FORMATIONS FILM